Spleen hivernal

Un dimanche après-midi, entre Noël et le jour de l’An, le vent joue à la cheminée flutée. S’il n’y avait la pluie, on pourrait sortir, mais un rideau de larmes s’est abattu sur les musées, les cinés, les cafés et les restaurants. Sale temps pour un confinement.

L’hiver a enrobé notre spleen d’un abrutissement sanitaire. Le cœur en pause dans des villes fantômes. Dans nos grottes parisiennes, on s’emmerde sec. Vivement le printemps.

Home cocon, Paris, 2020 – © Aurélia Gantier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *