Les jeunes des rues

Je retirais de l’argent au distributeur. A côté de moi, des jeunes s’étaient installés contre leur sac à dos. A leur mise, je compris qu’ils n’avaient pas bougé de là depuis longtemps. Ils devaient être trois ou quatre ; parmi eux, une jeune fille.

Elle m’interpella : « Bonjour Madame ! Vous avez une petite pièce s’il vous plait ? » Elle n’avait pas attendu que je me tourne vers elle pour faire sa demande. Je finis de taper mon code.

– Madame ?

– Je vous ai vue Mademoiselle, lui répondis-je tout en restant concentrée sur l’écran.

Elle éclata de rire : « Ah ! Merci ! Franchement, rien que ça, ça fait plaisir. La plupart du temps les gens ne nous voient pas ! »

Je me tournai et la regardai en rangeant mes affaires. Elle avait une jolie bouille. Quel âge avait-elle ? De quelle origine était-elle ? Elle avait la peau brune, de longs cheveux noirs, des yeux charbon. Je repensai immédiatement au court-métrage Je pourrais être votre grand-mère . Elle continua :

– Les gens ne nous regardent pas. Nous sommes transparents. Le mépris, vous pouvez pas savoir.

– Je ne pense pas que ça soit du mépris… plutôt de la gêne. Ils sont mal à l’aise, c’est pour ça qu’ils ne vous regardent pas.

Ses amis ne participaient pas à la conversation mais s’étaient tournés vers nous. Ils nous écoutaient et me regardaient. J’étais bien habillée : j’allais travailler.

– Peut-être… Vous voyez, de temps en temps, je laisse mon sac là, aux autres, et je vais marcher. Eh bien les gens me regardent. Sans mon sac à dos, il y en a même qui me sourient. Mais dès que j’ai mon sac avec moi, alors là… c’est plus la même histoire. Ce mépris dans leur regard. Vous pouvez pas savoir.

Je restai à échanger quelques derniers mots avec elle. J’étais persuadée qu’ils étaient plus mal à l’aise que méprisants. Elle ne savait pas trop. Je finis par partir. Le groupe me lança un « au revoir Madame » enthousiaste qui me pinça le cœur.

Alors que je traversais la rue, la jeune fille m’interpella à nouveau : « Madame ! Simple curiosité… Vous faites quoi comme travail ? »

Il y a 2 commentaires sur “Les jeunes des rues

  1. Richard 14 juillet 2016

    Répondre : je travaille pour une fondation engagée pour le respect de l’humain. Quel aurait pu être son retour et son attente ?

    • Aurélia 14 juillet 2016

      Ni retour ni attente. Mais il est vrai que je partais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *