Pépin

Nous étions installés en rang d’oignons à la terrasse étroite d’un café. À ma gauche, deux jeunes hommes ; à ma droite, au-delà de la porte d’entrée, un débordement de testostérone dû à la présence de deux beaux bruns ténébreux, cheveux frisés et barbes taillées.

J’avais commandé un Coca Light. Je faisais un peu tâche au milieu de toutes ces bières. J’étais à deux doigts de leur expliquer que je m’en étais mise une sévère la veille quand je réalisai que c’était inutile : ces quatre-là ne m’auraient pas moins remarquée si j’avais été transparente. J’ai sorti un cahier, un stylo, un paquet de cigarettes. Le soda est arrivé. Il était servi avec une rondelle de citron et une paille.

À ma gauche, Cheveux Longs était programmateur de jeux vidéo et expliquait le principe de la programmation à Cheveux Courts, vraisemblablement aussi inculte que moi en la matière. J’aspirai une gorgée de Coca à travers la paille ; le bonheur tient à peu de choses.

– Le système de programmation classique fonctionne sur le principe de l’arbre. Déplacement : 1-0 ; si déplacement, le moyen de transport : volant ou roulant ; si volant, cela peut être un avion ou un hélicoptère, si roulant un train ou une voiture. Chaque mère a plusieurs filles et à chaque nœud…

J’ai aspiré une nouvelle fois dans la paille mais je fus arrêtée net dans mon élan. La paille n’aspirait plus, quelque chose était coincé.

– Dans ton arbre, il n’y a pas de père ?

– Non, on parle de mère et de fille.

– C’est bizarre, pourquoi ?

– C’est comme ça. Donc je te disais…

Il fallait à tout prix débloquer cette paille. Je pouvais également boire au verre, mais c’est plus drôle de boire à la paille. J’ai retiré son extrémité de la boisson et j’ai soufflé dedans discrètement pour ne pas me faire remarquer. Rien à faire. En aspirant peut-être ?

– Les limites du système c’est que c’est binaire : soit le véhicule vole, soit il ne vole pas. Si tu veux une voiture volante, il faut créer une nouvelle catégorie : volant et roulant. Le nœud a maintenant trois branches au lieu de deux. En termes de programmation, ça peut vite devenir compliqué. Alors il y a un autre système.

Un pépin était sûrement coincé à l’intérieur. Je soufflais, j’aspirais. J’allais devoir abandonner la paille.

– C’est hyper intéressant.

Je voyais bien que Cheveux Courts avait complètement décroché mais Cheveux Longs était trop passionné pour s’en rendre compte. Je soufflai plus fort dans la paille et le pépin s’extirpa enfin de son piège. Il plongea dans son bain à bulles en m’éclaboussant le visage. Je m’essuyai d’un revers de main. Ni vu ni connu.

Un commentaire sur “Pépin

  1. Soléa 3 août 2016

    Le pépin a du peps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *